Le site collectif des parents d'élèves de Paris

Accueil du site > 04 - Lycée Sophie Germain > Conseils d’Administration > Comptes rendus des CA > Compte rendu du CA du 6 décembre 2011

Compte rendu du CA du 6 décembre 2011

lundi 30 janvier 2012, par 04 - FCPE Sophie Germain


Ordre du jour :

1. Mise en place du Conseil d’administration ainsi que des autres instances (commission permanente, conseil de discipline, conseil pédagogique, conseil d’éducation à la citoyenneté et à la santé, conseil de la vie lycéenne, commission d’hygiène et de sécurité) 2. Budget 3. Signature de l’avenant à la convention entre le lycée Sophie-Germain et les cinémas CIP (cinémas indépendants parisiens) 4. Questions diverses

PDF - 110.3 ko

La séance est ouverte à 17h30 par M. Vaudry. Il indique qu’un système d’autorisation permanente destiné à permettre l’utilisation des photographies des élèves du lycée à titre promotionnel est en cours d’élaboration. Il s’agirait de solliciter une autorisation écrite des parents et de l’élève lors de l’inscription administrative et, le cas échéant, de permettre un droit de rétractation.

1. Mise en place des instances

La première partie de la séance est consacrée à la présentation des membres composant le Conseil d’administration et les autres instances du lycée (v. supra. et sur notre site pour le détail de nos délégués titulaires et suppléants).

Un enseignant, représentant élu sur la liste du SNES, fait part des risques de dérives des missions du Conseil pédagogique. Cette instance a pour mission principale la définition des orientations du projet d’établissement, mais pourrait, à terme et sous l’effet des projets gouvernementaux, se transformer en instance d’évaluation des enseignants. Il informe qu’une journée d’action pour protester contre ces modalités d’évaluation aura lieu le 15 décembre. Un texte explicatif a d’ailleurs été remis aux représentants de la Fcpe à l’issue de la séance.

Un débat s’ensuit avec un enseignant, représentant de la liste indépendante. M. Vaudry signale que le décret relatif à la notation des enseignants n’est pas encore publié et que le Conseil pédagogique n’a aucunement vocation à se transformer en instance d’évaluation et demeurera une instance d’expertise destinée à discuter, échanger sur les choix pédagogiques et faire des propositions.

Mme Gumpelson, conseillère d’orientation, indique que compte tenu du grand nombre d’élèves, elle accorde une priorité aux élèves de terminale afin de leur permettre de se familiariser avec la procé-dure APB et préparer l’après-bac. Elle invite les élèves de première, et le cas échéant, de seconde, à se rendre directement au CIO afin de se sensibiliser aux choix d’orientation. Par ailleurs, une ren-contre est prévue à partir de janvier avec les élèves de seconde en présence du professeur principal.

À la remarque d’un représentant Fcpe sur la pression scolaire que subissent les élèves, elle répond que ceux-ci doivent apprendre à se « destresser » compte tenu des résultats du lycée SG dans les différentes sections au baccalauréat (il existe au lycée des cours de relaxation).

3. Signature de l’avenant à la convention entre le lycée Sophie Germain et les cinémas CIP (cinémas indépendants parisiens)

L’autorisation de signer l’avenant à la convention entre le lycée et les cinémas CIP est adoptée à l’unanimité des membres du Conseil.

4. Budget de l’année 2010

Le budget est présenté par l’intendante qui précise que celui-ci ne comporte pas de grandes modifications par rapport aux années précédentes.
- Malgré la diminution générale des recettes, le montant alloué aux activités éducatives pédagogiques n’a pas diminué, grâce notamment aux locations d’appartements (1 935 E de participation aux voyages des enseignants grâce aux loyers du 2e appartement).
- Le rectorat ne verse plus de subvention pour les droits d’auteur qui sont dorénavant financés par la région selon un forfait établi en fonction du nombre d’élèves et de sections, modulé par l’existence ou l’absence de manuels.
- Le montant des bourses est une estimation. Il est calculé par le rectorat.
- La diminution du FSE ne fait néanmoins pas obstacle à la satisfaction des demandes individuelles (par exemple la participation des élèves aux voyages scolaires)
- L’aide régionale aux lycées n’est pas intégralement dépensée.
- Le fonds de réserve permettra de faire face aux imprévus ou à une augmentation du nombre d’élèves.

Il est précisé qu’aucun élève ne sera écarté pour raisons financières lors de tout voyage pédagogique.

Le budget est adopté à l’unanimité des membres du Conseil.

5. Questions diverses

5-1. Questions des représentants Fcpe

1- Que deviennent les élèves du lycée SG après le baccalauréat ?

Il n’y a plus d’association d’anciens élèves de SG. Mme Leclercq diffuse un état des lieux établi d’après les réponses obtenues par le dispositif APB en juillet 201. Elle signale que des changements ont pu intervenir lors des inscriptions effectives dans les établissements d’enseignement supérieur.

Il en ressort une forte propension des élèves à s’inscrire à l’université et un grand éclectisme dans le choix des filières. En outre, plus de 50 % des élèves obtiennent leur premier choix, d’où l’importance d’opérer un classement pertinent des vœux. Mme Leclercq souligne une plus grande concordance entre les orientations scolaires et celles du supérieur. Les élèves de STG sont capables de réussir dans des CPGE mais moins à l’université.

M. Vaudry regrette que trop d’élèves de STG se dirigent vers l’université car les compétences acquises dans le secondaires ne les y préparent pas. Un enseignant répond qu’il est difficile de dire à ces élèves de ne pas aller à l’université car certains, très volontaires et autonomes, peuvent y trouver leur voie.

2- Y a-t-il une possibilité d’instaurer un 3e service pour la cantine ainsi qu’un forfait 2-3 jours ?

Aucune possibilité d’instaurer un 3 e service dans la mesure où il s’agit d’un service continu et de « production en une seule fois » (la production des repas a lieu sur place). Les élèves peuvent déjeuner de 13h30 à 13h30 avec une baisse des arrivées entre 12h45 et 13h. La plupart des élèves arrive à 12h ou à 13H. L’auto régulation ne s’opère pas (ils attendent leurs camarades qui ne terminent pas à la même heure). L’intendante exclut également la mise en place d’un forfait de 2 ou 3 jours et justifie la nécessité de maintenir un forfait sur 4 ou 5 jours par le principe même de celui-ci. En effet, le coût bas forfait ne peut être obtenu qu’avec une fréquentation optimum. Le passage au « ticket » lors du 3e trimestre permet justement d’apporter une certaine souplesse.

3- Qu’en est-il de la formation aux Premiers secours ?

Outre l’absence d’un défibrilateur au lycée, M. vaudry insiste sur le coût très élevé de ces formations. Certaines ont eu lieu dans le passé, mais rares sont les élèves volontaires. Néanmoins, le projet de partenariat avec la Croix rouge pourrait constituer un levier pour la mise en place de ce type de formation (on pourrait envisager, par exemple, la mise en place d’une session de formation aux Premiers secours par la Croix rouge, pour 12 élèves min, en contrepartie d’interventions dans les manifestations par ex.). Les élèves susceptibles d’être intéressés devraient se faire connaître auprès de l’administration.

4- Mise en place de l’ENT (environnement numérique de travail)

Mme Leclercq souligne que le démarrage du dispositif a été laborieux. 7 classes « test » ont été mises en place afin de permettre ce démarrage. Le principe de l’ENT repose sur une première connexion des parents, indispensable pour que les élèves puissent accéder à l’ENT. À terme (12 à 18 mois), l’ENT devrait devenir l’entrée unique de tous les services du lycée ainsi qu’une « zone de référence » pour les élèves. Compte tenu de la complexité d’utilisation de l’ENT pour les enseignants et de la lenteur du réseau, seul le « cahier de texte » peut y figurer. Le principe demeure que les devoirs doivent être communiqués par les enseignants aux élèves en classe.

5- Tutorat des profs

M. Vaudry rappelle qu’il s’agit de l’un des axes de la réforme du lycée, mais qu’il a choisi de privilégier l’accompagnement personnalisé (AP) ainsi que la distribution des élèves en groupes de compétences en langues. Par ailleurs, ce tutorat étant tributaire du volontariat des professeurs, il ne saurait l’imposer. La dotation attribuée au titre du tutorat a été redistribuée sous forme d’une prime d’un montant de 400 euros à chaque professeur principal de 2e, ce dernier effectuant un travail de tutorat, selon M. Vaudry.

5-2. Questions des enseignants

1- À la demande de création de toilettes supplémentaires pour les professeurs, il est répondu qu’une telle création n’est pas envisageable compte tenu du caractère exigu des locaux (problèmes d’aération notamment).

2- À la demande de création d’un parking à vélos à l’intérieur du lycée, il est répondu que les locaux ne le permettent pas. En outre, il conviendrait de mobiliser la gardienne pour l’ouvrir à certaines heures, ce qui supposerait l’installation d’un interphone.

3- À la demande d’installation d’une ligne téléphonique au CDI, il est répondu par la négative car il faudrait changer le standard, donc modifier toute l’installation électrique avant.

4- Projet de « tutorat des élèves » par les élèves : suite au dernier CVL, les délégués élèves proposent la mise en place d’un accompagnement d’élèves de 2e par des élèves de 1re et terminale volontaires, afin de permettre une meilleure intégration des 2e. Une dizaine de tuteurs volontaires se seraient déjà déclarés. La Vie scolaire dirigerait les élèves demandeurs vers un tuteur. Un débat important parmi le conseil soulignera l’intérêt du projet, certaines remarques passant mieux dites par des pairs, soulignera l’importance d’encadrer ce type de tutorat par les enseignants connaissant l’échec d’expériences menées à l’université qui incitent à la plus grande prudence, voire au scepticisme, mais aussi saluera l’initiative de jeunes, signe d’un regard sur les autres, sans minorer les difficultés de répondre à une demande importante et celle de concilier le temps consacré à l’aide/au baccalauréat.

5- À la demande d’ouverture d’une option H-G en terminale S, M. Vaudry répond que la DHG n’est pas encore disponible et qu’il faudra faire des choix en fonction du nombre d’élèves inscrits et des différentes options. Le lycée serait aussi en bonne position pour une mutualisation avec Charlemagne : compétences humaines, vivier d’élèves et proximité mais il ne faudra pas négliger le travail déjà fait avec les options latin, italien et cinéma-audiovisuel pour installer 3 nouvelles options : H-G, informatique, droit.

5-3. Questions des élèves

1- Banalisation d’un jeudi ap-midi, à la majorité, pour permettre l’organisation d’une manifestation des élèves devant leurs pairs : « Les bonheurs de Sophie ». Les BTS Com en réaliseront l’affiche. 2- À la demande de doublement de sonnerie à la fin des récréations, le proviseur répond que la faisabilité doit être discutée avec l’Intendance et qu’il faut se méfier de la multiplication des sonneries. 3- Tri sélectif : la demande des élèves d’installation de poubelles papier dans les cours est accordée. Des poubelles spécifiques au ramassage des piles usagées peuvent être aussi envisagées.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette